Damso en concert lors du festival des vieilles charrues 2018. Own work

Damso compte arrêter avec le rap en 2022

Damso en concert lors du festival des vieilles charrues 2018. Own work
Par Raphael KWAZI

ven 15/01/2021 - 22:03

Le rappeur belge d’origine congolaise, William Kalubi Mwamba alias Damso a accordé, mercredi 13 janvier 2021, un entretien à la journaliste Iman Amrani de "The Guardian" où il s’adressait pour la première fois à un public anglophone.

Le natif de Kinshasa révèle dans cette interview qu’en 2012, alors qu’il n’avait que 20 ans et étudiait la psychologie à l’université, il avait décidé de réorienter sa vie. Sa formule : se lancer dans la carrière musicale sur 10 ans et arrêter. Plus que quelques mois donc pour le faire.

"La vie offerte ne me parlait pas : se réveiller à 8 heures du matin, rentrer à la maison à 5 heures ou plus tard et attendre la retraite. J'ai donc élaboré un plan sur 10 ans pour réussir, puis je pars. La dernière année est 2022", affirme l’eO.G Damso (original gang) comme les consommateurs du rap aiment l'appeler.

Dans l’entretien à bâtons rompus, l’auteur de l'album "Qalf" qui a recueilli plus de 14 millions de streams le jour de sa sortie, s'est livré longuement à la journaliste pour parler de l’amour, de la mort mais aussi de son enfance en République Démocratique du Congo.

"Les questions que je me pose sur la mort ne concernent pas la mort, elles concernent la mort dans cette vie. Il y a des gens qui sont vivants, mais qui vivent comme s'ils étaient morts", dit-il. 

Le rappeur et sa famille n'ont pas eu la vie facile quand ils ont fui la République démocratique du Congo à cause des conflits armés.

« Les tirs de kalash m'empêchaient de rêver », se souvient-il. "Mais je sais que la vie est vraiment courte parce que j'ai vu des gens mourir comme ça, dans la rue. Alors cette question me parle : comment pouvons-nous être absents de notre propre vie?", s’interroge l’artiste.

A la fin de sa carrière active, Damso envisage de vivre en campagne dans un camping-car avec du matériel pour produire du son pour lui-même, loin de l’industrie musicale. Celle qui, d’après lui, tue les artistes.

"Je suis un archéologue du son. J'aime faire des recherches et aborder des thèmes extraordinaires. Il y a des gens qui n'aiment pas ça et qui diront : « Il ne va pas bien dans la tête». Mais je suis un artiste, et nous sommes tous un peu malades, je pense", explique Damso. 

Ce mois-ci, il a sorti son premier clip vidéo en deux ans, celui de la chanson 911 de son album QALF. La chanson raconte l’histoire d'un gangster confronté à ses sentiments, et la vidéo présente le mannequin et acteur français Noémie Lenoir comme son amour. Le clip cumule déjà plus de 2 millions de vue sur la plate-forme de Streaming YouTube en une semaine.

              Par Rodrick Bendi

Catégorie:
Mots-clés:

A lire également

Abonnez-vous aux alertes e-mail

Inscrivez-vous à nos alertes e-mail pour être informé de chaque nouvelle publication

 

Le_mag-Logo

Lemag.cd

L'information dans toute sa profondeur

Un média de G&G SARL

+243 818 889 400

B.P. 10362 KIN 1

Kinshasa, République démocratique du Congo

Nous contacter