L'accusé tabassé dans une vidéo publiée ce vendredi 29 avril

Vidéo: un Congolais de la diaspora de 49 ans accusé d’abus sexuel sur mineure de 15 ans

L'accusé tabassé dans une vidéo publiée ce vendredi 29 avril
L'accusé tabassé dans une vidéo publiée ce vendredi 29 avril
Par Michée Lutete

ven 29/04/2022 - 17:46

L’histoire se passe en France précisément dans la ville de Lyon. Dans une vidéo publiée ce vendredi 29 avril, devenue virale sur les réseaux sociaux, un homme âgé de 49 ans est accusé de viol sur mineur âgée de 15 ans.

D’après la soeur de la victime qui explique le fait, cet homme accusé de viol avait déjà fait des attouchements à la petite. Faute de preuves, la famille lui aurait tendu un piège pour avoir la certitude de ses intentions et ainsi confirmer les accusations de la victime. La fille, à la demande de la famille, accepte deux rendez-vous avec l’homme qu’elle reçoit sous le toît familial. C’est au second rendez-vous que la famille tend le piège.

L’homme, confortablement assis dans un fauteuil ne soupçonne pas le guet-apens avant d’être pris d’assaut par la famille dans une attitude agressive bientôt suivie de coups et d’une douche habillée, afin que, comme le prétend un homme de la famille, sa femme l’intérroge sur ce qui lui est arrivé.

L’accusé est resté silencieux sur les vidéos dévoilées, subissant accusations, menaces et coups. Pendant l’altercation, l’un des membres de la famille de la fille semble sortir un préservatif dans la poche de l’homme de 49 ans. Ce qui semble confirmer ses intentions d’avoir des rapports avec la jeune fille de 15 ans.

La sœur de la victime témoigne :

“Ma petite sœur était allée à l' anniversaire de son beau-père (ami du violeur), à une certaine heure, la mère de ma petite sœur a demandé au violeur de la raccompagner chez elle. Il a accepté ! Arrivé en bas de chez la petite, ce monsieur [qui s’appelle] Papy a commencé à toucher ma petite sœur, la frotter avec son appareil genital et toucher sa poitrine. Il lui a donné son numéro et a demandé à la petite de ne pas dire ce qui s’est passé à ses parents. Une fois montée, la petite traumatisée m’informe ainsi qu’une tante à nous parce qu’elle avait peur de sa mère. Le lendemain quand nos oncles et tantes ont été au courant, ils ont décidé de mettre en place un piège afin d’avoir des preuves au cas où il nierait. Le premier rendez-vous il est venu et a donné 100 euros à l'enfant pour bien l’amadouer et le second rendez-vous vous avez vu les vidéos”.

S’agirait-il d’un cas viol dans selon la loi française ?

En France, l'expression "majorité sexuelle" ne figure pas, en tant que telle, dans le code pénal. On parle plutôt de l’âge de consentement qui est fixé à 15 ans. c’est-à-dire que selon la loi, à cet âge, un adolescent peut avoir des relations sexuelles avec un adulte, s’il est capable d'avoir un consentement éclairé. En revanche, un adulte n'a pas le droit d'avoir de relation sexuelle avec un enfant de moins de 15 ans.

La fille est dite âgée de 15 ans et peut donc légalement consentir à des rapports sexuels avec un adulte. Et s’il existe les échanges de messages électroniques, évoqués dans des réactions en ligne, entre elle et le présumé agresseur, il serait difficile de prouver d’une relation non consentie.

Est-il légal de piéger un supposé pédophile ?

Cette procédure est bel et bien courante et même autorisée en France. Et une personne qui tombe sous le filet risque jusqu’à deux ans d’emprisonnement. Cependant seulement en cas de pédocriminalité. Dans la situation actuelle, la famille devrait prouver qu’il y a bel et bien eu attouchements non consentis sur sa fille pour justifier de l’emploi de cette stratégie.

 

Catégorie:

A lire également

Abonnez-vous aux alertes e-mail

Inscrivez-vous à nos alertes e-mail pour être informé de chaque nouvelle publication

 

Le_mag-Logo

Lemag.cd

L'information dans toute sa profondeur

Un média de G&G SARL

+243 818 889 400

B.P. 10362 KIN 1

Kinshasa, République démocratique du Congo

Nous contacter